La Boite de Vitesses : La sélection des rapports

Nous avons vu que par l’intermédiaire de la boîte de vitesses, on pouvait choisir le rapport de multiplication entre l’arbre de sortie moteur et l’arbre de transmission afin d’adapter au profil de la route le régime du moteur. Ainsi on sait que l’on peut, de différentes manières, choisir l’un ou l’autre des rapports en questions. Voyons maintenant comment cette sélection peut être faite.


Nous exposerons d’abord le coulissement d’un pignon qui peut embrayer ou débrayer avec un autre pignon ; puis nous verrons le crabotage qui permet aux dents des pignons de rester en prise.

- Système de baladeur

Dans le schéma ci-dessous, le mouvement arrive à gauche par l’arbre primaire ; il est transmis par le train d’engrenages 1 et 2 à l’arbre intermédiaire. Depuis cet arbre, l’arbre secondaire est entraîné par le train de pignons 3 et 4 pourvu que les dents de ces derniers engrènent l’une dans l’autre.

JPG - 47.6 ko

Cet engrènement est réalisé lorsque la fourchette pousse le pignon 4 vers la gauche. Celui-ci glisse sur les cannelures jusqu’au moment où les dents qui se trouvent face à face soient totalement engrenées. Ce système fonctionne de façon très satisfaisante et est très robuste. Le seul inconvénient est qu’au moment où les pignons 3 et 4 viennent au contact, il y a émission d’un bruit désagréable si leur vitesse périphérique n’est pas la même.

- Crabotage

Il est intéressant d’avoir des dentures toujours en prise, que le pignon soit débrayé ou embrayé.

JPG - 59 ko

Le schéma ci-dessus représente la solution qui, dans l’ordre de complication, vient immédiatement après le simple engrènement à baladeur.

Comme, plus haut, il est toujours projeté de faire passer le mouvement de l’arbre primaire à l’arbre secondaire par l’intermédiaire des deux trains de pignons 1 et 2, d’une part, et 3 et 4, d’autre part. En poussant la fourchette vers la droite de la figure, les dents des crabots, que l’on voit très nettement, s’interpénètrent les unes dans les autres et le pignon 4 devient solidaire de l’arbre baladeur puisque le baladeur, maintenu par des cannelures, coulisse sans tourner autour de l’arbre secondaire.

Notons qu’en poussant la fourchette vers la gauche, on solidarise directement l’arbre primaire et l’arbre secondaire.


Rubrique : La Boite de Vitesses.

8659 lectures - Dernière mise à jour le mardi 25 janvier 2011







DANS LA MÊME RUBRIQUE