Transmission Automatique : Embrayage Hydraulique

La plus simple des transmissions automatiques est l’embrayage hydraulique qui permet un certain glissement entre deux surfaces munies d’ailettes placées en vis à vis, et entre lesquelles est interposée de l’huile.



- Principe

JPG - 25.4 ko
Emb-Hydrau

Sur notre schéma, le mouvement est transmis pas la partie gauche de l’appareil représentée en rouge. La partie jaune reçoit le mouvement. Un certain patinage est possible entre les deux coquilles placées face à face.

On remarque que chacune de ces coquilles comporte des ailettes qui ne sont pas sans rappeler les lamelles que l’on trouve sous la tête d’un champignon. L’huile est brassée entre ces deux coquilles, et l’on comprend aisément que si la partie rouge entraîne une masse d’huile importante cette masse d’huile mettra en mouvement la partie jaune, étant entendu qu’il se produira un certain glissement.

- Boite automatique à embrayage hydraulique

Le schéma ci-dessous représente une boîte automatique utilisée en série avec un embrayage hydraulique qui ne joue pas de rôle dans la multiplication de l’effort provenant du moteur, mais qui se contente d’assurer une liaison souple entre le vilebrequin et la transmission. Cette liaison souple permet, entre autres, aux différents rapports de la boîte, d’être enclenchés sans qu’il soit nécessaire de débrayer le moteur.

JPG - 28.4 ko
Emb-Hydrau-BV

La partie gauche du schéma montre le volant moteur muni d’une couronne destinée au démarreur. Immédiatement après vient l’embrayage hydraulique avec ses deux coupelles aux cloisons radiales, puis une série de trains de pignons épicycloïdaux qui permettent de choisir différents rapports de marche, en immobilisant l’un ou l’autre des trains par des sortes de freins que l’on distingue sur le dessin. Grâce à ces freins, le passage des vitesses est très progressif.


Rubrique : Transmission Automatique.

4406 lectures - Dernière mise à jour le samedi 15 janvier 2011







DANS LA MÊME RUBRIQUE