Rétro Technique : Châssis automobile

Après avoir examinés différents éléments techniques de nos automobiles, il ne faut pas perdre de vue que le rôle principal d’une automobile est le transport des passagers et de leurs bagages. Comment s’installent ces passagers ? Ils s’assoient sur des banquettes confortables, disposées à l’intérieur d’une carrosserie dont les cotes sont déterminées en fonction de l’usage principal que l’on compte en faire.


La liaison entre les principaux organes du véhicule et cette carrosserie peut être effectuée de différentes manières. Voici une présentation par ordre chronologique des diverses solutions qui sont apparues.

- Châssis séparé

Sur les premières automobiles, les constructeurs songèrent à grouper ensemble tous les organes uniquement mécaniques. Ces derniers furent assemblés sur une sorte de poutre appelée châssis que l’on distingue nettement sur le schéma ci-dessous.

JPG - 95.7 ko
Chassis-IMG1

Sur ce châssis, on fixa tout d’abord des sièges et des tôles de protection puis, l’ensemble s’étoffa jusqu’à devenir une carrosserie complète.

- Caisse autoporteuse

Ayant, d’une part, un châssis et, d’autre part, une carrosserie boulonnées sur celui-ci, les constructeurs d’automobiles pensèrent que l’ensemble gagnerait en résistance si les deux éléments étaient soudés l’un à l’autre pour constituer une seule charpente plus légère et plus rigide que la solution première.

JPG - 84.3 ko
Chassis-IMG2

Le dessin ci-dessus montre un ensemble de caisse autoporteuse. On voit que le châssis a totalement disparu et qu’il a été remplacé par un plancher rigide. La suspension vient se fixer directement sur les renforts de ce qui était primitivement la partie « carrosserie ».

- Solution mixte

Si la caisse autoporteuse jouit toujours d’une grande vogue en raison de sa rigidité et de sa légèreté, des constructeurs – français en particulier – songent à des solutions mixtes dans les quelles on conserve un plancher caisson particulièrement rigide.

JPG - 82.9 ko
Chassis-IMG3

L’exemple ci-dessus est celui des Citroën DS et ID 19 dont tous les éléments, formant l’extérieur de la carrosserie, sont amovibles et boulonnés sur une armature intérieure. En cas d’accident léger, les réparations se bornent à un changement de panneau qui peut s’effectuer de manière rapide.

- Fixation élastique

Qu’il s’agisse d’une caisse autoporteuse ou d’un ensemble à châssis séparé, il est important que les passagers soient isolés au maximum des vibrations produites par le moteur, la boite de vitesses, etc.

On y parvient en fixant de manière élastique les organes générateurs de vibrations.

JPG - 98.6 ko
Chassis-IMG4

L’exemple ci-dessus est emprunté à la Dauphine Renault. On remarque ici que le groupe moteur – boite – pont est relié par un certain nombre de blocs de caoutchouc à des traverses métalliques appartenant à la caisse autoporteuse.


Rubrique : Rétro Technique.

10770 lectures - Dernière mise à jour le vendredi 20 janvier 2012







DANS LA MÊME RUBRIQUE